RADIOSCOPIE D’UNE EQUIPE

36

Mouhamadou Makhtar Cissé et Malick Sall, des choix gagnants, assurément !

L’un des faits marquants du gouvernement formé hier est incontestablement le retour en force — et en grâce — de Mouhamadou Makhtar Cissé. L’ancien directeur de cabinet du président de la République, envoyé au purgatoire de la Senelec — c’est du moins le noir dessein que poursuivaient ses adversaires — a non seulement réussi le tour de force de stopper la descente aux enfers de l’électricien national, mais encore mis fin aux délestages cauchemardesques d’antan. Lesquels empoisonnaient le quotidien des ménages et des entreprises. Surtout, Makhtar Cissé est parvenu à accroitre notablement les capacités de production de la Senelec avec un recours aux énergies renouvelables dans le cadre d’un mix énergétique à ce point réussi que de nombreux pays africains viennent s’inspirer de l’expérience sénégalaise. Mieux, la Sénelec vend même aujourd’hui de l’électricité aux pays de la sous-région, elle qui en manquait dramatiquement ! Sans compter que, abonné aux déficits abyssaux depuis Mathusalem, l’électricien national est parvenu à renouer avec les bénéfices depuis quelques années. C’est donc fort logiquement que l’artisan de cette résurrection miraculeuse de la Senelec, l’homme qui a réussi à faire oublier aux Sénégalais les délestages, revient en force au gouvernement pour prendre les commandes d’un secteur qu’il connaît bien : l’Energie, et en particulier le pétrole et le gaz dont notre pays va devenir un producteur dans deux ans. A travers ce retour au gouvernement — il avait eu à occuper les fonctions de ministre du Budget — de Mohamadou Makhtar Cissé, c’est donc la compétence qui est récompensée dans la mesure où l’homme a fait ses preuves partout où il est passé. A la tête de la Douane d’abord où il avait battu les records de recettes lors de son passage mais aussi, on l’a dit, à la Senelec où cette tête d’œuf appartenant au prestigieux corps de l’Inspection générale d’Etat (IGE) a réconcilié les Sénégalais avec la fée Electricité. En le nommant au ministère de l’Energie, le président de la République a fait incontestablement le bon choix.

Me Malick Sall, un orfèvre du droit à la Justice                                                                                      L’autre homme qu’il faut à la place qu’il faut dans ce nouveau gouvernement, c’est l’avocat Me Malick Sall. A la tête de l’un des plus grands cabinets de Dakar, cet avocat d’affaires aux multiples réseaux internationaux connaît sur le bout des doigts le monde judiciaire où il évolue depuis une quarantaine d’années. Maîtrisant parfaitement le droit, connaissant bien ses dossiers, respecté aussi bien par ses confrères avocats que par les magistrats qui apprécient sa compétence et sa courtoisie, le très discret « Malick » a toujours aidé et conseillé dans l’ombre le président Macky Sall. Mieux, il n’a ménagé ni son temps, ni sa santé, ni sa fortune pour aider de manière désintéressée le candidat Macky Sall pour le compte duquel il a abattu un travail de titan dans le département de Matam où il a équipé des hôpitaux, offert des ambulances, aidé des associations de jeunes, financé des groupements de femmes, soutenu les responsables locaux de l’APR sur ses propres deniers. Assurément, là aussi, le président Macky Sall n’aurait pas pu trouver un meilleur ministre de la Justice que Me Malick Sall. Ce à un moment où nos compatriotes ont un sérieux problème de confiance avec leur institution judiciaire. Une justice qui est désormais entre de bonnes mains, assurément.

MON




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *