première réunion coaLition idy2019 après La présidentieLLe du 24 février

8

C’est clair, la coalition Idy2019 dirigée par le leader de Rewmi ne participera pas au dialogue que veut organiser le chef de l’Etat. L’ancien candidat à la présidentielle est déjà dans la peau de chef de l’opposition, un statut que M .Idrissa Seck exige de façon indirecte en appelant sa coalition à se dresser contre la confiscation de la volonté populaire faite par le régime de Macky Sall.

Le leader de la coalition Idy2019, Idrissa Seck, revêt le costume de chef de l’opposition d’une façon indirecte. C’est ce qui ressort du discours de l’ancien Premier ministre et chef de Idy2019, lors de son point de presse, hier, avec les différents leaders membres de cette coalition pour faire face au régime de Macky Sall. Après avoir adressé ses remerciements et autres félicitations aux électeurs, il s’est indigné tout d’abord des arrestations tous azimuts de ses partisans et demandé la libération sans condition de son allié, l’ancien député et maire de la ville de Dakar, Khalifa Ababacar Sall. « Ce point de presse fait suite à la rencontre des leaders de la coalition Idy2019. L’objet était d’abord d’adresser nos remerciements et nos félicitations et celles personnelles à l’ensemble des leaders de la coalition et à travers eux à l’ensemble de leurs équipes, militantes et militantes, et à l’ensemble du peuple sénégalais et en particulier à l’ensemble des électeurs qui ont porté leur choix sur notre coalition. Adresser nos remerciements et nos félicitations à toutes nos équipes de campagne, qui ont investi tant d’efforts et de sacrifices au désir du changement que le peuple sénégalais nous a exprimé et montré tout au long de la campagne et le jour du scrutin. Naturellement, une mention spéciale a été faite par l’ensemble des leaders, à l’endroit des femmes et des jeunes ». Ces civilités évacuées, le candidat classé deuxième à l’issue de l’élection présidentielle du 24 février dernier a eu un coup de sang. Selon lui, en effet, la réunion d’hier était le lieu d’exprimer « notre indignation face aux intimidations, face aux agressions de différentes natures qui ont été faites en direction de ces femmes et jeunes qui ont voulu exercer leurs droits constitutionnellement reconnus, de s’indigner face à la confiscation du pouvoir et celle de la volonté populaire et qui ont été emprisonnés. Certains d’entre eux sont encore dans les liens de la détention et nous exigeons leur libération immédiate et sans condition. Je voudrais exprimer une pensée à l’endroit d’un grand absent de notre coalition, notre frère et ami Khalifa Ababacar Sall dont nous exigeons également la libération immédiate et sans condition » a martelé M. Idrissa Seck.

Face à ce qu’il appelle des intimidations et des agressions à l’encontre de ses militants et autres responsables de sa coalition, celui qui apparaît aujourd’hui comme le chef de l’opposition sonne la mobilisation. « Je voudrais leur (Ndlr, aux gens du pouvoir) dire à mon nom propre et à celui de l’ensemble des leaders de notre coalition qu’avec responsabilité, et également avec fermeté et détermination, nous entendons rester mobilisés pour la prise en charge de ce désir de changement et pour la défense des acquis démocratiques de notre peuple qui ont coûté à tant de générations en termes de sacrifices y compris de sacrifices en vies humaines », a-t-il asséné. Décidé à en découdre avec le chef de l’Etat, M. Idrissa Seck promet que cette mobilisation et cette détermination seront poursuivies sans équivoque et sans aucune ambiguïté. « Je voudrais également lancer un appel à l’unité, dans le cadre de cette prise en charge de la protection de nos acquis démocratiques, à l’ensemble des forces politiques et sociales du pays, d’abord au sein de notre coalition et à l’ensemble de la classe politique de l’opposition en particulier pour que nous puissions faire face à cette volonté de confiscation de la volonté populaire », a-t-il exhorté. Pour finir, le leader de Idy2019 Idrissa Seck a souligné que les membres de cette coalition ainsi que les autres candidats de l’opposition ont fait preuve de grandeur pour ne pas provoquer des violences dans le pays grâce aux discours fédérateurs des marabouts et autres dignitaires religieux.

Samba DIAMANKA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *